Aller au contenu principal

Anaïs Garin

Résumé de thèse
Le concept d'écosystème d'innovation a été popularisé par Adner et défini comme un « accord de collaboration par lequel les entreprises combinent leurs offres individuelles en une solution cohérente et orientée client » (2006, p. 2, traduction). Les écosystèmes d'innovation tiennent des points de vue du producteur et de l'utilisateur lors du processus d'innovation, (co)-créent de la valeur et et évoluent à mesure que les conditions du marché changent. Les recherches antérieures ont tenté de mieux comprendre les écosystèmes d'innovation et plus particulièrement, comment les acteurs de l'écosystème parviennent à s’organiser pour innover. Il a été constaté qu'un acteur, nommé orchestrateur, assume ce rôle de coordination pour assurer le maintien et le renouvellement de l'écosystème dans le temps. À ce jour, les orchestrateurs n'ont pas été explicitement définis et caractérisés quant à leurs capacités et rôle dans les écosystèmes d'innovation. Le concept des capacités dynamiques offre un moyen d'aborder cette question. Alors que l'approche traditionnelle des capacités dynamiques repose sur la notion de « temps d'horloge » pour étudier les phénomènes dynamiques, un courant de recherche récent valorise le temps historique et subjectif comme un moyen d'inclure les perceptions et les points de vue des acteurs lors de l'étude des capacités dynamiques. Cette recherche adopte une vision intégrative du temps pour enrichir la compréhension du rôle d'orchestration dans les écosystèmes d'innovation dans l'industrie MedTech. Plus particulièrement, cette recherche vise à identifier comment les orchestrateurs donnent un sens à leur rôle, comment ils développent les capacités nécessaires pour mettre en place leur rôle et enfin, comment ces capacités leur permettent de maintenir leur écosystème d'innovation dans le temps. Basée sur une étude de cas unique d'un orchestrateur au sein d’un écosystème d'innovation en France, cette recherche contribuera à la littérature sur les écosystèmes d'innovation et les capacités dynamiques. D'un point de vue managérial, les décideurs, organisations et territoires d'innovation peuvent également valoriser les résultats de cette recherche.

Abstract
The innovation ecosystem concept was popularised by Adner and defined as a "collaborative arrangement through which firms combine their individual offerings into a coherent, customer-facing solution" (2006, p. 2). Innovation ecosystems consider both the producer and user perspectives in the innovation process, (co)-create value and evolve as market conditions change. Previous research attempted to better understand innovation ecosystems and especially how coordination takes place among the actors of the ecosystem. It has been found that one actor, named orchestrator, takes on such a coordination role to ensure the ecosystem renewal over time. As of today, orchestrators have not been explicitly defined and there remains a lack of characterisation of their role and capabilities in innovation ecosystems. The framework on dynamic capabilities offers a way to tackle this question. While the traditional approach to dynamic capabilities relies on the notion of “clock time” to study dynamic phenomena, a recent stream of research values historical and subjective time as a means to include the perceptions and views of actors when studying dynamic capabilities. This research takes an integrative view of time in studying dynamic capabilities to enrich the understanding of the orchestrating role found in innovation ecosystems in the MedTech industry. More particularly, this research aims at identifying how orchestrators themselves make sense of their role, how they build the capabilities needed for enacting their role, and finally, how such capabilities enable them to sustain their innovation ecosystem over time. Based on a single-case study of an orchestrator from an innovation ecosystem in France, this research will contribute to the literature on innovation ecosystems and dynamic capabilities. From a managerial perspective, policymakers, organisations, and innovation territories may also value the results of this research.

Directeur de thèse
Mathias Béjean
Co-encadrant
Stefan Meisiek (University of Sydney)

Date d'inscription en thèse
7 Septembre 2021