Aller au contenu principal

Axe innovations, transformations et résistances

Les travaux de recherche inscrits dans cet axe visent à comprendre les dynamiques de transformation à l’œuvre aux niveaux institutionnels, organisationnels ou encore individuels et les interrelations entre ces différentes dimensions en vue d’accompagner les organisations participant de ces transformations. Antérieurement marquées par des travaux sur la résistance des consommateurs et la transformation des marchés, les recherches menées s’articulent autour de trois ensembles de contributions intégrant de manière croissante les questions relatives aux incidences de l'introduction du numérique sur les compétences des acteurs, les modalités de prise de décision et le management ainsi que son enseignement.

Les projets de recherches s’inscrivant dans cet axe thématique se déclinent en sous-thèmes:

Formation " à " et " par " la recherche - Voyage au coeur des mémoires professionnels en sciences de gestion

Véronique Attias-Delattre

Chercheurs : Véronique Attias-Delattre, Amina Beji-Becheur, Anissa Ben Hassine (Maître de Conférences - HDR, ESSEC de Tunis, Tunisie)

Financement : I-SITE Future

Période : 2020-2022

Ce projet à visée scientifique, pédagogique et multiculturel, s’appuie sur la conclusion d’un accord-cadre avec l’ESSEC de Tunis ainsi que la responsabilité de formation (Master 1 Gestion des Ressources Humaines Transformation du Travail et des Organisations).

La philosophie du Master 1 Gestion des Ressources Humaines et Transformations du Travail et des Organisations (M1 GRH TTO) de l’Université Gustave Eiffel (UGE) – IAE Gustave Eiffel (France) est d’encourager la réflexivité des étudiants en apprentissage sur les pratiques en ressources humaines observées et vécues dans leurs entreprises d’accueil. Afin de renforcer leur capacité à questionner les outils et modèles de gestion qu’ils mettent ou mettront en œuvre dans leurs cadres professionnels, nous proposons un dispositif de production du mémoire de recherche qui inclut une dimension interculturelle qui par essence suscite le pas de côté.  Le projet consiste à faire travailler nos étudiants conjointement dans des équipes internationales, en présentiel et en distanciel, individuellement et collectivement, avec l’appui de tuteurs universitaires tous enseignants-chercheurs au sein de l’IRG. Concrètement, prenant appui sur leurs mémoires, ils co-construiront un poster et/ou une communication de recherche présenté lors d’une journée thématique de recherche de l’association de recherche en Gestion des Ressources Humaines en France, l’AGRH (Association de Gestion des Ressources Humaines).

Comme enseignant-chercheur, notre ambition est de communiquer sur les connaissances produites sous forme de communication (symposium de l’Association Mondiale pour les Sciences de l’Education (AMSE) en 2021 - repoussé à 2022) et d’articles.

Organisations alternative de la citoyenneté - Nord & Sud OAC-NS

Amina Béji-Bécheur et Audrey Bonnemaizon

Chercheurs : Asmae Diani Université Sidi Mohamed Ben Abdellah-Fès, Alix Poels Université Paris-est Créteil IRG, Emanuela Dalmasso Université Gustave Eiffel IRG, Barbara Blin Barrois Culture Couleur, Eric Gautier Université Gustave Eiffel IRG EIVP, Evelyne Lhoste Université Gustave Eiffel LISIS, Gilles Hubert Université Gustave Eiffel Lab’URBA, Flavie Ferchaud Université Gustave Eiffel Lab’URBA, Hajar El-Karmouni Université Paris-est Créteil IRG, Gilbert Kientega Université Gustave Eiffel IRG, Ines Adouani Université Gustave Eiffel IRG, Lorreine Petters Université Grenobles Alpes, Hamed Haddouche Université Gustave Eiffel IRG, Olivier Cristofini Université Gustave Eiffel IRG, Salomon Bernier Khedache Université Gustave Eiffel IRG, Sabrina Nassih Université Sidi Mohamed Ben Abdellah-Fès

Financement : I-SITE Future

Période : 2020-2023

Présupposés du projet et question de recherche
Les organisations alternatives de la citoyenneté (OAC) résultent de démarches collectives ayant pour objectif de construire des solutions répondant aux problématiques de développement durable sur un territoire. Les OAC, en participant à différents domaines économiques (alimentation, énergie, transport, habitat, etc.), cherchent à transformer les modèles dominants pour engager les transitions écologiques, économiques et sociales en vue de répondre aux objectifs de développement durable.

Pour autant, les résultats de travaux mettent en évidence que la capacité transformative de ces initiatives citoyennes ne va pas de soi. Le projet Organisations Alternatives de la Citoyenneté – Nord & Sud vise donc à répondre à la question suivante :

À quelles conditions les OAC favorisent-elles l’appropriation des objectifs de développement durable et le pouvoir d’action des citoyens sur leurs territoires ?

Pour répondre à cette question, le Projet OAC N-S se donne pour ambition de faire dialoguer un ensemble de disciplines de sciences humaines (gestion, économie, sociologie, urbanisme, communication et science politique) pour étudier des OAC. L’analyse s’enrichira d’une démarche comparative de projets déployés en France, au Maroc et en Tunisie.

CAPACité (Citoyens Aînés Partenaires pour l'Autonomie dans la Cité)

Luciana Castro Goncalves (ESIEE Paris - Université Gustave Eiffel / IRG) et Sylvie Dhalleine (Maison des aidants et des Ainés Paris Ouest)

Collaborateurs : Margaret Josion Portail (IRG), Camille Picard (Lab'Urba), Cathy Veil (ESPI)

Partenaires : Ivry Sciences et Silver Innov

Financement : I-SITE Future, chercheur.e.s citoyen.ne.s

Période : 2022

A l’heure où le vieillissement des populations est devenu un enjeu sociétal, CAPACité appliquera les principes des sciences citoyennes pour aborder collectivement les représentations communes de la ville inclusive du futur. Ce projet vise à répondre à deux questions : Quelles formes et espaces d’entraide favorisent le lien social et l’inclusion des personnes âgées dans la ville du futur ? Quelles méthodologies participatives permettent de placer la parole des personnes âgées au centre du processus de co-construction de la ville inclusive du futur ?

Dans une approche pluridisciplinaire (gestion, économie, urbanisme), il s’agit de coproduire avec les citoyens des modalités d’entraide selon des vulnérabilités et des résistances à l’innovation qui ne seront peut-être pas celles d’aujourd’hui. Étudiées et catégorisées à l’aide d’ateliers participatifs, les transformations souhaitées permettront aux pouvoirs publics et associations des territoires d’appréhender des transitions de long terme.

Dynsante - Dynamiques d'innovation sociale dans les écosystèmes medtech

Mathias Béjean

Collaborateurs : Jean-Paul Dumond, Anaïs Garin (Doctorante UPEC)
Collaborateurs d'autres institutions
Forum LLSA : Denis Abraham, Robert Picard, Pierre-Yves Traynard, David Servais, Julien Lambert, Arthur Trognon, Michaël Harbouche
INSERM/Tech4Health: Lionel Pazart, Thomas Lihoreau, Sylvia Pelayo, Thierry Chevallier
Capgemini Engineering : Gabrièle Bréda, Yasmine Saleh, Malika Ali, Clément Bataille

Financement : PRCE-ANR (Contrat de subvention établissements publics)

Période : 2021-2024

L’écosystème français des Medtech, complexe et éclaté, fait de la collaboration une nécessité. Mais les modèles collaboratifs actuels sont encore insuffisamment structurés et faiblement inclusifs, en particulier pour les patients. Dans ce contexte, le projet ANR DYNSANTE vise à analyser une initiative française nationale, impulsée depuis 3 ans par des acteurs de l’innovation technologique et sociale dans les Medtech. Autour du Forum des Living Labs en Santé et Autonomie, cette initiative rassemble un nombre croissant d’acteurs publics et privés en vue d’une amélioration de la désirabilité, viabi-lité et accessibilité des innovations. Elle développe une nouvelle approche d’innovation, multidimensionnelle et inclusive. L’objectif de DYNSANTE est d’analyser cette initiative à partir de plusieurs sites expérimentaux pour identifier, évaluer et diffuser de nouveaux modèles d’innovation sociale et inclusive, adaptés aux écosystèmes complexes et éclatés tels celui des Medtech en France.

Les Fintechs : Impact sur l'écosystème financier et perspectives futures

Faten Ben Slimane

Collaborateur : Université d'Ottawa

Financement : I-SITE Future

Période : 2021-2022

Les Fintechs se sont développées rapidement depuis quelques années. Leur objectif affiché est de rendre la finance plus simple et plus accessible, en proposant des services de meilleure qualité et moins coûteux. Ces start-ups financières ont révolutionné l’industrie financière et ont poussé les institutions dites traditionnelles à revoir leurs modèles économiques. Elles sont ainsi de plus en plus challengées par ces nouvelles structures. Même si ce phénomène se ressent pour le moment en Amérique du Nord, suivi par la Grande-Bretagne, il commence à prendre progressivement de l’ampleur  en France.

Il existe actuellement un faible nombre de travaux de recherche portant sur leur évolution, leur impact sur l’écosystème financier et sur les modèles économiques des institutions financières traditionnelles. D’autres questions émergent aussi et qui sont liées à leur contribution à rendre la finance plus inclusive, plus sociale et responsable.

Wadid Lamine pilote actuellement un projet de recherche sur ces thématiques. Ce projet regroupe d’autres enseignants-chercheurs de Telfer Business School ainsi qu’un stagiaire qui vient d’être recruté pour les aider à collecter les données. Il s’agit de sujets qui sont en lien étroit avec mes projets de recherche en cours et j’aimerais beaucoup y participer.  L’objectif serait de m’associer à eux pour établir, à terme,  une collaboration (co-écriture d’articles de recherche et co-organisation d’une journée de recherche autour de ces thématiques).

Si cela se concrétise, l’impact éventuel serait :

- Une meilleure visibilité de l’IRG et à plus grande échelle de l’Université UGE (par la publication d’articles et l’organisation d’une journée de recherche) ;

-  D’offrir aux chercheurs de l’IRG l’opportunité de présenter leurs travaux et d’en échanger avec des collègues internationaux. Cela pourrait donner lieu à d’autres collaborations  futures ;

-  De renforcer les échanges entre l’IRG et le laboratoire de recherche de Telfer Business School (Université d’Ottawa) ;

 -De favoriser dans le futur les échanges avec l’Université d’Ottawa. En effet, en discutant avec Wadid Lamine, il m’a fait part de la volonté de son institution de consolider sa relation avec des établissements francophones. Il existe ainsi une opportunité pour l’UGE de renforcer sa politique d’internationalisation.

Smart lab Lability - déspatialisation et résilience organisationnelle

Rebecca Dickason

Collaborateurs : Anne-Claire Chêne (post-doctorante IRG / Univ. Gustave Eiffel), Rémi Bourguignon (IRG / UPEC), Claire Edey Gamassou (IRG / UPEC), Nathalie Jeannerod-Dumouchel (IRG / Univ. Gustave Eiffel)

Financement : Région Île-de-France

Période : 2021-2023

Site internet du Smartlab Lability

Financé par la Région Île-de-France (1 M€, également partenaire), avec l'Université Gustave Eiffel en chef de file, et en partenariat avec 7 autres laboratoires de l'Université Gustave Eiffel (COSYS, ERUDITE, ESYCOM, GRETTIA, LIGM,  LVMT,  SPLOTT), des entreprises et institutions franciliennes (AMRF, Aneo, Brie’nov, CCI Paris IdF, Eiffage,Geotwin,  Maplab, PCA Stream, Steelcase, Vedecom...) et la société MATRICE.

Le Smart Lab LABILITY est un laboratoire éphémère interdisciplinaire d'innovation qui vise à soutenir la résilience du territoire suite à la crise sanitaire. Il rassemble neuf jeunes chercheurs associés à huit laboratoires (en économie, gestion, sociologie, aménagement du territoire, mathématiques appliquées et recherche opérationnelle...). Ce dispositif unique en son genre porte un programme innovant pour aider les acteurs régionaux, publics comme privés, à comprendre les défis liés à la mise en œuvre de nouvelles modalités de gestion de l’espace et de la distance spatiale et sociale dans les entreprises et les réseaux de transport et identifier des solutions innovantes.

Deux axes de recherche sont étudiés : (1) Les risques et opportunités liés au développement du télétravail (2) Les modalités d'une gestion résiliente des réseaux de transport. Les projets de recherche portent notamment sur l'accès à l'emploi, les stratégies immobilières de bureaux, l'usage des réseaux de transport, la reconfiguration du transport de marchandise ou le rôle des transports dans la propagation de l’épidémie.

L'opération de recherche (avec contrat post-doctoral) portée par l'IRG, au sein de LABILITY, s'intitule "la résilience organisationnelle au prisme de la déspatialisation". Il s'agit (1) d'identifier les impacts que la distance physique et la distance sociale liées à la situation sanitaire ont, à la fois sur les individus (facteurs psychosociaux de risque, troubles psychiques, relationnels, émotionnels) et sur les organisations (aux niveaux managérial, stratégique, culturel, structurel, à court et plus long terme) (2) de comprendre comment les organisations font face pour résister, s'adapter aux nouveaux enjeux et continuer d'agir collectivement et quels nouveaux enjeux ces stratégies génèrent (3) de proposer des recommandations pour organiser de façon résiliente l'action collective en prenant en compte la santé des salariés, le maintien du lien social et les autres enjeux liés au travail, dans un contexte général de déspatialisation qui se décline de façon propre à chaque organisation.

COPALIM - Construire un projet alimentaire citoyen sur un territoire urbain : initiatives pour une alimentation durable et accessible à Montreuil

Hajar El Karmouni

Collaborateur : Marion Maignan (Université Jules Verne Picardie)

Financement : ADEME à travers le dispositif CO3

Période : 2020-2022

Par sa dimension à la fois quotidienne et systémique, l’alimentation se situe à la croisée des choix individuels, politiques et sociétaux, impliquant des acteurs multiples. Deux tendances sociétales se dessinent aujourd’hui face au défi d’une alimentation saine, durable et accessible à tous : d’une part, le développement de nombreuses initiatives relevant de systèmes alimentaires alternatifs (Amaps, circuits-courts, coopératives de consommation, etc.) ; d’autre part, une augmentation du nombre de personnes en situation de précarité alimentaire, associée à des préoccupations croissantes de santé publique (obésité, maladies cardio-vasculaires, dénutrition).

Cette double tendance a été accentuée par la récente crise sanitaire. La question alimentaire s’est, en effet, posée de manière urgente pour une part de la population et a donné lieu à des réponses multiples sur le territoire montreuillois, portées par des réseaux associatifs préexistants, les pouvoirs publics, ou donnant lieu à de nouvelles solidarités.

Ce projet de recherche participative vise à réunir les acteurs Montreuillois aux prises avec les enjeux d’accès à l’alimentation durable. Notre question de départ est la suivante :

Quelles sont les enjeux et initiatives  existants pour concilier accessibilité et durabilité en matière d’alimentation, sur le territoire Montreuillois ?

Cette problématique de départ est issue d’entretiens exploratoires avec les acteurs du territoire (12 entretiens avec des pouvoirs publics et acteurs de l’ESS) et de l’observation d’évènements citoyens en faveur d’une transition alimentaire. Cette première approche du terrain fait ressortir une pluralité de discours autour de l’alimentation et des approches multiples et parfois contradictoires de l’alimentation « durable », ainsi qu’un besoin partagé de mieux appréhender les savoirs et connaissances des habitants du territoire en matière alimentaire. Aussi, le projet de recherche COPALIM explore les enjeux et initiatives en faveur d’une offre alimentaire durable sur le territoire Montreuillois, et se concentre sur les tensions et possibilités d’articulation entre accessibilité et durabilité.

Le projet COPALIM  s’inscrit dans une démarche de recherche participative et réunit des acteurs du monde de la recherche (Université Paris Est Créteil, Université Picardie Jules Verne), un acteur public (mairie de Montreuil) et des acteurs associatifs .  Il est porté par Marion Maignan et Hajar El Karmouni, profite d’un financement de l’ADEME à travers le dispositif CO3 et se déroulera de septembre 2020 à Mars 2022.