Aller au contenu principal

Organisations alternative de la citoyenneté - Nord & Sud OAC-NS

Responsables scientifiques : Amina Béji-Bécheur, Audrey Bonnemaizon

Collaborateurs : Emanuela Dalmasso Université Gustave Eiffel, Marine De Talancé Université Gustave Eiffel, Evelyne Lhoste Université Gustave Eiffel, Salomon Bernier Khedache Université Gustave Eiffel, Hajar El-Karmouni Université Paris-est Créteil, Marion Maignan Université Picardie Jules Verne, Gilles Hubert Université Gustave Eiffel, Katia Laffrechine Université Gustave Eiffel, Flavie Ferchaud Université Gustave Eiffel, Helene Beraud Université Gustave Eiffel, Asmae Diani Université Sidi Mohamed Ben Abdellah-Fès, Sabrina Nassih Université Sidi Mohamed Ben Abdellah-Fès, Olivier Cristofini Université Gustave Eiffel, Melika Ben Salem Université Gustave Eiffel, Alix Poels Université Paris-est Créteil, Ines Adouani Université Gustave Eiffel, Gilbert Kientega Université Gustave Eiffel, Lorreine Petters Université Grenobles Alpes, Arthur Bealleroux Paris Habitat, Hamed Haddouche Université Gustave Eiffel, Gabrielle Fontaine Université Gustave Eiffel, Julie Rousset Université Gustave Eiffel

Financement : Convention de reversement I-SITE Future

Période : 2020-2023

Présupposés du projet et question de recherche
Les organisations alternatives de la citoyenneté (OAC) résultent de démarches collectives ayant pour objectif de construire des solutions répondant aux problématiques de développement durable sur un territoire. Les OAC, en participant à différents domaines économiques (alimentation, énergie, transport, habitat, etc.), cherchent à transformer les modèles dominants pour engager les transitions écologiques, économiques et sociales en vue de répondre aux objectifs de développement durable.

Pour autant, les résultats de travaux mettent en évidence que la capacité transformative de ces initiatives citoyennes ne va pas de soi. Le projet Organisations Alternatives de la Citoyenneté – Nord & Sud vise donc à répondre à la question suivante :

À quelles conditions les OAC favorisent-elles l’appropriation des objectifs de développement durable et le pouvoir d’action des citoyens sur leurs territoires ?

Pour répondre à cette question, le Projet OAC N-S se donne pour ambition de faire dialoguer un ensemble de disciplines de sciences humaines (gestion, économie, sociologie, urbanisme, communication et science politique) pour étudier des OAC. L’analyse s’enrichira d’une démarche comparative de projets déployés en France, au Maroc et en Tunisie.